Ils parlent de nous !

Découvrez tous les articles !

var-matin

"Sauver des vies" en évitant les noyades: ces maîtres-nageurs dispensent des cours de natation à domicile

Alors que l’été bat son plein, les fondateurs d’Aquadomicile, David Robol et François Robert, proposent des cours de natation axés sur la prévention des risques de noyade.

Fondateurs d’Aquadomicile, David Robol et François Robert proposent des cours de natation axés sur la prévention des risques de noyade.

"Ça y est, tu flottes", s’exclame François, le maître-nageur. La petite Emma, le sourire aux lèvres, vient de réussir à flotter seule sur l’eau. Pataugeant à côté, sa petite sœur de 2 ans l’envie: "Flotter, moi aussi je veux flotter!", répète-t-elle. Avec leurs parents qui suivent le cours dans l’eau et leurs grands-parents qui les observent sur le bord de la piscine, les deux fillettes sont au cœur de l’attention. "Je n’aurais jamais cru ça possible, chuchote la grand-mère. La petite de 4 ans déteste l’eau, même sous la douche c’est un calvaire!".

Impliquer les parents dans les cours François fait mouche auprès des parents avec sa nouvelle technique d’apprentissage de la nage, comme son collègue David. Ce dernier "donne vraiment de sa personne, c’est rare de voir un maître-nageur aller dans l’eau avec ses élèves", glisse la grand-mère d’un jeune enfant.

Fondateurs d’Aquadomicile, les deux hommes ont pour ambition de changer la manière d’apprendre à nager: "On s’est rendu compte que la méthode Catteau, que les maîtres nageurs enseignent depuis des années, n’était plus adaptée. Les élèves ont évolué mais pas la technique d’apprentissage". Ils développent ce qu’ils appellent le "parent éduc nage". Il s’agit d’apprendre aux enfants les bases pour flotter dans l’eau mais aussi d’enseigner les bons gestes aux parents pour qu’ils puissent les transmettre.

"J’ai envie de parler aux gens, de sensibiliser et responsabiliser les parents, c’est comme ça qu’on change vraiment les choses face à la noyade", déclare David. Tous deux font assister les parents aux cours, parfois ils leur font même mouiller la chemise.

"On n’est pas là pour tuer le métier de maître-nageur, déclare François, mais pour apprendre les bases. Dans beaucoup de domaines, les parents apprennent spontanément des choses à leur enfant. Ils leur apprennent à marcher, à faire du vélo… On s’est rendu compte que les parents ne pouvaient pas apprendre à leurs enfants à nager, car personne ne leur a jamais enseigné les gestes à transmettre. C’est ce qu’on essaye de faire."

Lutter contre les risques de noyade "On n’est pas là pour en faire des champions olympiques. On est là pour sauver des vies", note le maître nageur.

Loin de l’apprentissage du crawl et des longueurs de piscine avec une planche, les cours d’Aquadomicile sont centrés sur les premiers gestes pour se sauver dans l’eau, l’apnée et la flottaison, et privilégient l’apprentissage sans matériel. Le risque de noyade est bien réel: la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans. Il augmente par ailleurs. "Le nombre de piscines à domicile a triplé à la sortie du premier confinement. Avant, dans le Var, il y avait une piscine pour 13 villas, maintenant il y en a 1 pour 4 villas. Cela augmente considérablement le risque", relève David.

Le ministère de l’éducation, de la Jeunesse et des Sports dresse le même constat. En introduction à son plan Prévention des noyades et Aisance aquatiques, le ministre Jean-Michel Blanquer alarme sur les conséquences de la crise sanitaire qui a "privé les enfants de l’accès aux piscines pendant de longs mois, [...] ce qui a accru le risque de noyades pour les plus jeunes".

En parallèle de leurs discussions avec l’adjoint au ministère des Sports, David et François œuvrent à leur manière pour réduire les noyades. "On a l’ambition de se franchiser et d’embaucher plus de maîtres-nageurs pour les faire travailler à notre manière", affirme David. Ils ont d’ailleurs déjà mis en route un projet pour démocratiser leur méthode et la rendre accessible à tous, en ligne, gratuitement. "Si les gens utilisent notre méthode pour sauver des vies, on est contents. C’est à ça qu’elle sert".

Les règles de base pour éviter les noyades Apprendre aux enfants à nager le plus tôt possible.

Enseigner aux parents les gestes à apprendre à leurs enfants.

Privilégiez l’apprentissage de l’apnée et de la flottaison. En combinant l’apnée et la flottaison, un enfant qui tombe dans l’eau peut facilement réussir à se sauver et à atteindre le bord du bassin.

S’entraîner. Entre chaque cours, les parents doivent répéter les techniques apprises avec leurs enfants. Pour cela, pas besoin d’avoir une piscine. Allez à la piscine municipale, à la mer, acheter une piscine gonflable ou entraînez-vous dans la baignoire. Tout le monde peut le faire.

Ne pas dire constamment aux enfants qu’aller dans l’eau est dangereux. À force, cela peut les rendre aquaphobes. Il est préférable d’accepter d’aller dans l’eau avec eux et de les surveiller.

En résumé: Faites quelque chose et ne pensez pas que surveiller ses enfants du bord de la piscine suffit. Un accident est vite arrivé. Il faut savoir qu’un enfant se noie en moins de 10 secondes et dans le silence.

05 Août 2021

france-3

Apprendre à se sauver dans l’eau

Fondateurs d’Aquadomicile, David Robol et François Robert proposent des cours de natation axés sur la prévention des risques de noyade. “Ça y est tu flottes”, s’exclame François, le maître-nageur. La petite Emma, le sourire aux lèvres, vient de réussir à flotter seule sur l’eau. Pataugeant à côté, sa petite sœur de 2 ans l’envie : “Flotter, moi aussi je veux flotter!” répète-t-elle. Avec leurs parents qui suivent le cours dans l’eau et leurs grand-parents qui les observent sur le bord de la piscine, les deux fillettes sont au cœur de l’attention. “Je n’aurais jamais cru ça possible, chuchote la grand-mère. La petite de 4 ans déteste l’eau, même sous la douche c’est un calvaire pour lui laver les cheveux”.

Impliquer les parents dans les cours François fait mouche auprès des parents avec sa nouvelle technique d’apprentissage de la nage, comme son collègue David. Ce dernier “donne vraiment de sa personne, c’est rare de voir un maître nageur aller dans l’eau avec ses élèves” glisse la grand-mère d’un jeune élève. Fondateurs d’Aquadomicile, les deux hommes ont pour ambition de changer la manière d’apprendre à nager : “On s’est rendu compte que la méthode Catteau, que les maîtres nageurs enseignent depuis des années, n’était plus adaptée. Les élèves ont évolué mais pas la technique d’apprentissage.” Ils développent ce qu’ils appellent le “parent éduc nage”. Il s’agit d’apprendre aux enfants les bases pour flotter dans l’eau mais aussi d’enseigner les bons gestes aux parents pour qu’ils puissent les transmettre. “J’ai envie de parler aux gens, de sensibiliser et responsabiliser les parents, c’est comme ça qu’on change vraiment les choses face à la noyade” déclare David. Tous deux font assister les parents aux cours, parfois ils leur font même mouiller la chemise. “On n’est pas là pour tuer le métier de maître-nageur, déclare François, mais pour apprendre les bases. Dans beaucoup de domaines, les parents apprennent spontanément des choses à leur enfant. Ils leur apprennent à marcher, à faire du vélo... On s’est rendu compte que les parents ne pouvaient pas apprendre à leurs enfants à nager car personne ne leur a jamais enseigné les gestes à transmettre. C’est ce qu’on essaye de faire.” Lutter contre les risques accrus de noyade “On n’est pas là pour en faire des champions olympiques. On est là pour sauver des vies”, déclare gravement le maître nageur.

Loin de l’apprentissage du crawl et des longueurs de piscine avec une planche, les cours d’Aquadomicile sont centrés sur les premiers gestes pour se sauver dans l’eau, l’apnée et la flottaison, et privilégient l’apprentissage sans matériel. Il faut dire que le risque de noyade est bien réel : la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans. Le risque augmente par ailleurs. “Le nombre de piscines à domicile a quadruplé à la sortie du premier confinement. Avant, dans le Var, il y avait une piscine pour 13 villas, maintenant il y en a 1 pour 4 villas. Cela augmente considérablement le risque”, s’insurge David. Le ministère de l’Education, de la Jeunesse et du Sport dresse le même constat. En introduction à son plan “Prévention des noyades et Aisance aquatiques”, le ministre Jean-Michel Blanquer alarme sur les conséquences de la crise sanitaire qui a “privé les enfants de l’accès aux piscines pendant de longs mois, [...] ce qui a accru le risque de noyades pour les plus jeunes”. En parallèle de leurs discussions avec l’adjoint au ministère des Sports, David et François œuvrent à leur manière pour réduire les noyades. “On a l’ambition de se franchiser et d’embaucher plus de maîtres nageurs pour les faire travailler à notre manière”, affirme David. Ils ont d’ailleurs déjà mis en route un projet pour démocratiser leur méthode et la rendre accessible à tous, en ligne, gratuitement. “Si les gens utilisent notre méthode pour sauver des vies, on est contents. C’est à ça qu’elle sert”.

Les conseils du pro contre la noyade • - Apprendre aux enfants à nager le plus tôt possible • - Enseigner aux parents les gestes à apprendre à leurs enfants • - Privilégiez l’apprentissage de l’apnée et de la flottaison. En combinant l’apnée et la flottaison, un enfant qui tombe dans l’eau peut facilement réussir à se sauver et à atteindre le bord du bassin. • - S’entraîner. Entre chaque cours, les parents doivent répéter les techniques apprises avec leurs enfants. Pour cela, pas besoin d’avoir une piscine. Allez à la piscine municipale, à la mer, acheter une piscine gonflable ou entraînez-vous dans la baignoire. Tout le monde peut le faire. • - Ne pas dire constamment aux enfants qu’aller dans l’eau est dangereux. A force, cela peut les rendre aquaphobes. Il est préférable d’accepter d’aller dans l’eau avec eux et de les surveiller. En résumé : Faites quelque chose et ne pensez pas que surveiller ses enfants du bord de la piscine suffit. Un accident est vite arrivé. Il faut savoir qu’un enfant se noie en moins de 10 secondes et dans le silence. Légende

Pour ceux qui n’ont pas de piscine, Aquadomicile propose également des cours à plage ou dans des centres aquatiques, notamment au centre Aquabike 83 à Six-Fours chaque week-end.

23 Juillet 2021

var-matin

Ils enseignent les bons gestes et réflexes à adopter dans l'eau

David Robol et François Robert ont enseigné bénévolement leur technique de sauv’nage aux baigneurs

Les maîtres-nageurs de la société Aqua domicile de la Seyne étaient, bénévolement, mercredi, sur la plage centrale afin d'apprendre les gestes de leur méthode : le sauv’nage et l'aisance aquatique, aux baigneurs « C'est une technique professionnelle de référence, sous forme d'atelier, qui convient à tous les âges, expliquaient François Robert et David Robol, tout 2 maîtres-nageurs expérimentés et à l'origine de cette méthode. « En trente minutes on apprend à la personne à se mettre en apnée, à flotter et à se déplacer jusqu’à un endroit sûr. Pour les enfants on apprend aux parents. Aussi simplement qu'ils ont appris à leurs enfants à marcher, parler, ou faire du vélo. Une fois que le parent sait faire, il va pouvoir répéter avec son enfant, jusqu’à ce que la technique soit acquise parfaitement et deviennent un réflexe. »

Cette technique fonctionne sur les petits à partir de 3 ans et même ceux qui ont peur de l'eau. « On a remarqué que cette année après de très longs mois sans accès aux piscines c'était très compliqué. C'est tellement important de savoir nager ! Le nombre de piscines privées explose, ça se démocratise et ça augmente considérablement le risque de noyade. On est en 2021, il faut changer les méthodes d'apprentissage. Tout évolue très vite et on apprend encore à nager aux enfants comme dans les années 70. Il faut faire bouger les choses, sensibiliser petits et grands sur les risques et leur apprendre une méthode simple et efficace pour se sauver dans l'eau en cas de danger. En été, on intervient un jour par semaine, bénévolement, sur une plage et ce dans tout le département. » Une initiative qui a séduit les estivants qui ont été nombreux à participer.

Prochaine journée mardi 27 juillet de 14h à 19h au Mourillon. Plus d'info sur le site aquadomicile.com et sur les réseaux sociaux

23 Juillet 2021

var-matin

Une initiation pour se sauver dans l’eau à Peno

Alors que la mer dépasse depuis plusieurs jours les 25° l'heure est à la nage et à la baignade. Et avec les vacances qui débutent bientôt, les pitchouns envahir les plages et les piscines avec la ferme envie de décompresser d'une année compliquée. Mais qui dit eau, dit, malheureusement encore accident. Et avec des piscines fermées durant de longs mois à travers tout l'Hexagone, petits et grands n'ont pu acquérir les premiers rudiments de la nage ou retrouver le contact avec l'eau.

Un problème qui fait « tirer la sonnette d'alarme » aux professionnels de la nage qui insiste sur le besoin d'appuyer là-dessus cette année. Cet après-midi sur la plage du Peno à Carqueiranne, David et François d'aqua domicile feront leur part en tentant d'aider au mieux parents et enfants pour éviter tout accident durant l'été. « Ça n'arrive pas qu’aux autres lâche d'ailleurs David. On ne peut pas être 100% attentif tout le temps. » Ils proposeront de 14h à 19h, des ateliers dans l'eau, gratuit, pour permettre au petits d'acquérir les premiers gestes « du sauv’nage et d'aisance aquatique. »

Une initiation de 30 à 40 min en présence des parents « pour être capable de se sauver dans l'eau répète David. On a des méthodes hyper simples, très faciles à comprendre. » En contact avec TPM, les deux entrepreneurs d'aqua domicile devraient proposer le même type d'initiatives sur d'autres plages de TPM durant l'été…

Durant cinq heures, parents et enfants vont pouvoir apprendre à se sauver dans l'eau cet après-midi à Peno.

13 Juillet 2021

Il parle de nous !

Avis
client